<Histoire de l'ébénisterie>

Ebéniste:

A l'origine, spécialiste du travail de l'ébène, employée dès le XVème siécle dans la fabrication des meubles. En fait, le terme d'<ébéniste> ne date que du 17éme siécle, pour désigner le menuisier qui pratique le plus couramment le placage et la marqueterie.

 Laurent STABRE fut le premier artisant qualifié de <menuisier en ébène, faiseur de cabinet du roi>, lorsqu'il reçut un logement au Louvre en 1608. Les status des <maîtres menuisiers-ébénistes>, qui datent de 1743, précisent que le titre de menuisier-ébéniste revient aux artisans qui font des ouvrages de marqueterie et de placage, <sans cependant faire un corps de communauté séparé>.

De leur côté, les artisans sculpteurs, fondeurs ou ciseleurs n'appartiennent pas à la corporation des maîtres menuisiers-ébénites, ce qui provoqua de nombreux conflits avec les ébénistes privilégiés du Louvre ou des Gobelins, qui étaient autorisés à faire travailler des bronziers à leur service, au lieu de faire appel aux artisans extérieurs capables de compléter le décor des meubles.

Un édit du Parlement de 1751 fait obligation à chaque maître ébéniste de posséder une marque particulière, appelée <<estampille>>.

Au 19ème siècle, le mot <ébéniste> a pris un sens plus général, pour désigner l'artisan spécialisé dans la restauration des meubles.